La dégradation du climat économique, claire bien que modérée, conduit les principales banques centrales à reporter ou interrompre le durcissement des politiques monétaires, provoquant un nouvel affaissement des taux longs.

Les conditions de prêt aux collectivités semblent de leur côté assurées d’une grande stabilité au moins jusqu’en 2020. Mais un certain nombre de mouvements structurels (régulation prudentielle, normes comptables, mouvements au sein des prêteurs locaux, révision des index courts) sont susceptibles de modifier le paysage à plus long terme…